Mis en avant

« Passions »

Il a tout dit, tout fait parfois même tout et son contraire. Pourtant, il a, à sa façon, marquée l’histoire de la vie politique française. Lui, c’est Nicolas Sarkozy, de son vrai nom Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa.


Ce pavé blanc, il l’a écrit lui-même. Il y relate avec une touchante sincérité chacune des étapes qui l’ont amené de stagiaire chez un célèbre fleuriste à son accession 2012 à la Présidence de la République.

Concis, honnête, pragmatique, ce mordu de cyclisme n’élude aucune étape de sa vie qu’il s’agisse de ses amours, de ses victoires politiques, de ses traversées du désert, de ses ruptures…

Un récit sincère, écrit par un homme qui ne veut plus faire de politique dans les prochaines années…

« Passions »
Nicolas Sarkozy
Editions de l’Observatoire
19,50 € / 370 pages

Mis en avant

« Une joie féroce »

Absolument bouleversant !

Par la force des mots et par des formulations de phrases remarquables, Sorj Chalandon sort cette fois encore, un récit touchant sur la vie de Jeanne, jeune libraire dynamique, qui découvre qu’elle est atteinte d’un cancer du sein.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est sorj_.png.

Au lieu de se laisser abattre, déprimer, la jeune femme ne lâche pas l’affaire et se bat au quotidien. C’est justement cette bataille, cette rage de vaincre et de vivre que décrit avec les mots justes, l’écrivain francophone.

Derrière ce titre prometteur, optimiste, se révèle un récit profondément humain, qui ne pourra laisser personne indifférent.

« Une joie féroce »
Sorj Chalandon
Editions Grasset
20,90 euros / 310 pages

« AristoPunk »

Absolument remarquable ! s

Ecrit par un jeune poète champeno-héraultais, ce recueil d’une centaine de pages est bouleversant.

Les mots sont pesés, posés, déposes sur chaque page. Les rimes sont délicates. Mais les thèmes abordés dans ces différents poèmes sont parfois dramatiques.

« AristoPunk »
Aldric Tisserand
100 pages/10 euros

« C’est toujours moi qui fais le sale boulot »

Un éléphant ! Aucun autre terme ne peut mieux définir Julien Dray dans l’aréopage des élus socialistes français & francophones sur ces trois dernières décennies.

Depuis François Mitterand, jusqu’à la fin plus que délicate du mandat de François Hollande à l’Elysée, Julien Dray fait partie de ceux qui ont continuellement joué un rôle plus ou moins important dans la vie du parti à la rose

C’est justement cette carrière entre ombre et lumière, toujours actif, que les deux journalistes francophones Marie Bordet et Laurent Telo analysent avec concision et objectivité au travers de ce petit livre.

C’est notamment à lui que l’on doit l’accession d’un certain Emmanuel Macron à Bercy comme ministre !

S’il en est bien un qui connait parfaitement toutes les arcanes du Parti Socialiste, c’est bien Julien Dray. Assurément, les amateurs de politique et de coups bas seront curieux de découvrir cet ouvrage.

« C’est toujours moi qui fais le sale boulot »
Laurent Telo & Marie Bordet
Editions Fayard
18 euros / 300 pages

« Soif »

Réussite !

Année après année, le cru Nothomb est très attendu à chaque rentrée littéraire. Et, cette fois-ci encore, l’auteure belge la plus douée de sa génération ne va pas décevoir son lectorat !

Derrière ce titre énigmatique, l’écrivaine signe un récit décalé, original. Cette année encore, le résultat est de haute volée.

Appuyé par certaines allusions philosophiques plus ou moins judicieuses,

Signe de l’excentricité sans fin d’Amélie Nothomb, celle-ci n’hésite pas, cette fois, à faire parler Jésus Christ à la première personne du singulier dans ce livre.

« Un ami de la famille »

Glaçant !

C’est assurément le livre-référence sur l’affaire du meurtre de la petite Maëlys en août 2017, en marge d’un mariage sur le territoire de la petite commune de Pont de Beauvoisin, en Isère.

Pourtant, au travers des deux cents pages de ce pavé, rien n’est épargné au lecteur, tant sur le déroulement de cette soirée festive devenue terriblement glauque, que sur les faits en eux-mêmes.

L’auteur passe au crible chaque détail du parcours de vie de l’assassin présumé. L’enfance, la vie professionnelle chaotique, les relations sentimentales qu’il a pu avoir. Rien n’est oublié, jusqu’à ce jour du 27 août 2017, où son chemin a croisé celui de la petite Maëlys de Araujo.


Souvent décrit comme un jeune homme athlétique, aux « jambes de coquelet », la lecture de ce passionnant récit fait découvrir au lecteur un homme au caractère instable et à la trajectoire de vie vraiment pas longiligne. « Il a vécu en Guyane. Là-bas, on a l’impression que tout est cassé. En tout cas, pas comme ici (en Isère.). Il aime bien quand c’est un peu cassé. Que les trucs partent un peu de traviole. Penché pour penché, avec son instabilité à lui, le foutoir ambiant finit par remettre les choses dans l’axe. »

Rarement enquête aura été aussi minutieuse sur un crime ayant défrayé la chronique à la fin de l’été dernier. Les amateurs de faits divers et d’enquêtes judiciaires au long cours ne seront clairement pas déçus par ce pavé de 222 pages…


« Un ami de la famille. Rapport sur Nordahl L. »
HC Editions
224 pages / 17 euros

« Et vous avez eu beau temps ? »

Quand un virtuose des mots comme Philippe Delerm se penche à sa façon sur des expressions banales, que tout à chacun utilise régulièrement, l’oeuvre se révèle aussi éclairante pour la culture générale du lecteur qu’enthousiasmante sur la beauté de la langue française.


Avec malice, l’auteur revient sur chacune de ces

Au final, Philippe Delerm laisse libre cours à son talent d’écrivain dans ce petit livre blanc qui figure d’ores et déjà parmi les plus originaux et les plus réussis de toute sa carrière.

« Et vous avez eu beau temps ? »
Philippe Delerm
Editions Points.
6.90 euros / 180 pages

« De la joie d’être paresseux »

La paresse comme art de vivre.

La quatrième de couverture de ce livre, que je ne lis habituellement pas, plante le décor : « Saviez-vous que les gens paresseux vivent plus longtemps, seraient plus efficaces et plus intelligents au travail que leurs collègues ?« 

La paresse souvent mal vue, a pourtant de très bons côtés. Et ce sont ces derniers que cette véritable bible de la fainéantise recense avec moults détails plus ou moins intéressants.

Ne jamais faire plus que le strict nécessaire pourrait être la devise d’un tel ouvrage. C’est d’ailleurs par ce chapitre-là que démarre ce livre. Aucun champ de la vie n’a échappé à la plume acerbe de l’auteure, Jennifer Mc Cartney Palmer.


Qu’il s’agisse des voyages, des tâches ménagères, du travail, des rencontres amoureuses où bien encore , tous sont passés en revue et toujours avec le même objectif : Comment en faire le moins possible ?

Un livre passionnant pour ceux qui ont un baobab dans la main…… mais aussi pour les autres !

« De la joie d’être paresseux »
Jennifer Mc Cartney Palmer
Editions Mazarine
12.90€ / 192 pages

« Ma robe pour armure »

Quand un jeune corse devenu avocat pénaliste réputé regarde dans le rétro, l’autobiographie est particulièrement fascinante !

Parti de rien ou presque, Pascal Pierre Garbarini revient avec de multiples souvenirs, de ses débuts et de la difficulté pour un jeune juriste corse de pouvoir réussir au coeur de la capitale, bien loin de « son » île de Beauté !


Au fil des pages, le lecteur est amené à suivre année après année l’ascension professionnelle progressive mais ininterrompue de celui qui s’est fait connaître ces derniers années comme étant l’un des avocats d’Yvan Colonna, citoyen corse condamné pour l’assassinat du Préfet Colonna.

L’auteur ne cache d’ailleurs pas sa proximité avec le milieu nationaliste corse et son amitié affichée et assumée avec notamment avec le chef de file François Santoni, abattu le 17 août 2001, près de la commune de Monacia d’Aullène…

« Ma robe pour armure »
Pascal-Pierre Garbarini
Editions Harper & Collins
262 pages / 19 euros.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn