« Tuer le père »

Le cru 2011 d’Amélie Nothomb est d’excellente facture.
Drôle à certains moments et attendrissant à d’autres, le roman « Tuer le père » de l’inimitable écrivaine belge est remarquable.

L’auteure nous plonge dans le monde aussi fascinant que mystérieux de la magie et des casinos aux Etats-Unis. Toute l’histoire du livre gravite autour de ce monde.
Tout se joue en 150 pages à peine, entre trois personnages clés : Joe, un jeune magicien doué et travailleur, Norman un magicien confirmé qui va prendre Joe sous son aile et Cristina, la compagne de Norman qui va avoir une aventure fort peu sérieuse avec l’ado.

Extrait : « Sur un côté de la grande agora, on avait élevé une scène pour le spectacle le plus attendu. Joe et Norman grelottaient dans leur parka, debout devant les tréteaux : l »unique manière de réserver la place était d’y être le premier. Vers minuit, les premiers jongleurs se produisirent. Des hommes couleur de poussière montrèrent comme un catalogue les manières de jouer avec le feu : torches, pistolets à propane, bâtons aux extrémités enflammées, bolas. Pendant le premier quart d’heure, leur talent fut occulté par la frayeur du public….. »
Un souci du détail dans les scènes décrites et une façon d’écrire dans le plus pur style Nothombien.

« Tuer le père »
Amélie Nothomb
Editions Albin Michel / 16€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
LinkedIn
Share