« Les histoires heureuses ne sont pas des histoires… »

C‘est autour d’un verre de soda sur une petite place du centre-ville de Montpellier que Philippe Besson nous a accordé une interview. En toute décontraction….

Les Bons Bouquins : Vous avez aujourd’hui 46 ans. Vous êtes juriste de profession. Vous avez écrit votre premier roman (« En l’absence des hommes », éditions Julliard, ndlr), alors que vous aviez alors 34, 35 ans.  Vous êtes devenu écrivain sur le tard. Comment cela se fait-il ?

Philippe Besson :  J’ai grandi dans le Poitou. J’ai passé mon bac dans un lycée de Bordeaux. Je suis effectivement devenu juriste en droit social. J’ai commencé à travailler. De par mon métier, je me suis retrouvé exilé deux fois pour une durée de six mois, à Buenos Aires, en Argentine et au Canada. J’avais une vie d’exilé, j’avais un peu plus de temps pour moi. J’ai mis ce temps à profit pour écrire. Puis, avec le succès du premier roman, j’ai décidé d’en faire mon métier.
LBB : Que ce soit dans votre dernier roman (*) ou dans le précédent (« Une Bonne raison de se tuer », aux éditions Julliard, ndlr.), vos récits évoquent des sujets mélancoliques, tristes. Comment l’expliquez-vous ? Est ce une volonté de votre part ?
Ph. Besson  : La raison en est simple. Il n’existe pas de littérature heureuse. Si l’on demande à quiconque de citer dix oeuvres littéraires majeures qui se terminent bien, il pourra à la rigueur en citer un voir deux exemples. Par contre, des récits tristes et qui sont pourtant des chefs-d’oeuvre de la littérature, il en existe beaucoup. Je crois que les histoires heureuses ne sont pas vraiment des histoires. Il faut dire aussi, pour en revenir à mon précédent livre que, la thématique du suicide est quelque chose qui m’intéresse. C’est quelque chose de fort.
IMGP5900
LBB : Vos derniers livres sont tous des succès populaires. Vos récits sont concrets, précis, souvent écrits au présent. Est-ce une volonté particulière de votre part ou  est ce que les histoires que vous y racontez, vous obligent à écrire au présent ?
Ph.B : Il y a de cela, mais je trouve aussi que le présent donne du concret aux choses. Avec le présent, on est direct.  il n’y a aucune distance. En écrivant comme ça, on est dans la précision. Je préfère écrire au présent. Par exemple, je préfère décrire un objet, un lieu pour que les gens sachent ou l’on est. Je décrirais davantage ce verre (il désigne et soulève son verre de soda,ndlr), que les gens qui viennent de passer.
dernier roman : « De là, on voit la mer. »

Philippe Besson
Editions Julliard
216 pages/19€
http://www.julliard.fr/site/de_la_on_voit_la_mer_&100&9782260020707.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
LinkedIn
Share