« Les temps ébréchés. »

Poussif. Pour rester poli.

Malgré des descriptions assez réalistes, le récit ne captive jamais le lecteur. La souffrance du personnage principal est trop irrégulièrement évoquée. Sa vie est décrite dans les moindres détails, certes, mais certains sont superflus..

L’histoire manque cruellement de concret, de solidité, malgré l’évidente souffrance de Blanche, le personnage central. Le récit donne l’impression d’être survolé, d’être « aérien »….

Extrait : « Elle se sent soudain effroyablement ignorante, inutile au monde. Elle pousse de côté ses devoirs et s’agenouille devant la chaîne hi-fi. Le curseur digital se balade sur les fréquences FM, hit-parade, demi-finale de tennis, disques à la demande, débat enchevêtré sur l’avenir des retraites. »

« Les temps ébréchés »
Thomas Sandoz
Editions Grasset.
15€/160 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
LinkedIn
Share