« La nostalgie heureuse »

Un « Amélie Nothomb » de bonne facture, mais vraiment pas le meilleur…

Tout commence par une reprise de contact entre l’auteure belge et plusieurs de ses amis d’enfance au Japon, et notamment Rinri son fiancé dont elle parle dans son précédent roman (« Ni d’Eve, ni d’Adam. http://www.albin-michel.fr/Ni-d-Eve-ni-d-Adam-EAN=9782226179647). Et, en fait, dès ces prises de contact téléphonique plus ou moins crédibles, un mauvais pressentiment apparait.
egvxwsdvwefdcccc
Un sentiment latent de déception qui, malheureusement, s’accroît au fur et à mesure des pages.

Desservi par des dialogues désespérant de platitude, une histoire qui se déroule de façon claire mais ennuyeuse,  cette « nostalgie » décrite par Amélie Nothomb est bien loin d’être réellement « heureuse » pour les lecteurs de l’auteure belge…

Extrait : « La catastrophe (de Fukushima, ndlr) m’a ravagée d’une manière que je ne parviens pas à dire. Quand l’horreur s’est produite, j’ai écrit un récit à la gloire du sublime nippon, que j’ai publié au bénéfice des sinistrés. Une goutte d’eau dans la mer, mais qui eut une conséquence imprévue : le Japon qui avait cessé de me publier depuis Stupeur et Tremblements recommença à traduire mes livres. »

« La nostalgie heureuse ».
Amélie Nothomb.
Editions Albin Michel
16,50€/154 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
LinkedIn
Share