« Confessions d’un braqueur »

Passionnante descente dans les bas-fonds de la criminalité !

De son enfance passé en Picardie (avant la seconde guerre mondiale, ndlr) puis dans une pension religieuse près d’Avignon (après la même guerre, ndlr)… jusqu’à sa participation avérée dans le mythique casse de la société générale à Nice le 19 juillet 1976, avec Albert Spaggiari (« Sans arme, ni haine, ni violence », « slogan » de ce braquage), Didier Caulier se raconte, sans concession. C’est dramatiquement passionnant !

Ses rencontres, ses rendez-vous avec ceux qui deviendront (ou pas) ses futurs complices de braquages, l’auteur, ex-taulard, n’esquive aucune partie de sa vie..
Le récit des préparatifs particulièrement minutieux de chaque braquage fait froid dans le dos !
con fesses !
Les bons comme les (très) mauvais moments de sa vie, l’auteur se confie, sans rien cacher de son existence. Lui qui considère le gangster Francis le Belge comme un « véritable aristocrate de la voyoucratie » a eu une vie hors-du-commun et assume tout ce qu’il a fait..

Albert Spaggiari, c’est lui : http://www.youtube.com/watch?v=YfyZ0JMf0XM

Confessions d’un Braqueur
Didier Caulier
Editions Nouveau Monde
272 pages / 18,90€.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
LinkedIn
Share